Vedette

Vedette fait partie de la grande famille des « Dead Machine », dans le sens où elle est rendue presque autonome et incontrôlable par l’homme. Créée spécialement pour la fête des 01 du Labomédia cette sculpture sonore rend hommage à Christian Maclain et à la machine à laver des Malfaiteurs.
Sur une guitare (issue d’un troc avec Benjamin Alcaniz des GravitySlaves), un moteur de machine à laver (que j’utilisais régulièrement pour laver mon linge avant qu’elle refuse d’assumer sa fonction) a été solidement vissé. Un moteur de machine à laver, c’est puissant, très lourd et ça fonctionne sur le 220V. Une assise de tabouret (récupéré lors d’un changement de mobilier dans les laboratoires de chimie organique de l’université d’Orléans) a été fixée à l’axe du moteur de telle sorte quelle soit en contact avec le sol et perpendiculaire à l’axe de rotation. Une chambre à air de vélo a été fendue dans la longueur puis fixée sur l’extérieur du disque pour en favoriser l’adhérence et éventuellement dessiner de beaux « burns » sur le sol. Le programmateur de la machine n’a pas été touché. Il est déposé tel quel sur le sol entre l’arrivée électrique et le moteur. les fonctions balancier (programme laine) et les mises en sécurité suite aux blocages rendent les mouvement presque imprévisibles. Peck, grand mécène de Xul avait donné au mouvement son ancien ampli Marshall qui buzzait un peu trop a son gout: Le voilà intégré à l’œuvre et passe comme la guitare et la machine à laver du statut d’objet à celui de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *