Pataclou

Pataclou, c’est une patate avec des clous. C’est un truc simple et efficace. En plus, c’est un outil révolutionnaire et c’est presque bio. Cette œuvre a été présentée comme maquette-performance au Minixul IV, prémisse de ce que sera l’œuvre finie au gros XUL.

Les patates ont été cultivées à Darvoi par l’agriculteur qui fourni les légumes des soupes de XUL chaque années. Il a aussi employé dans son exploitation un musicien de Xul et parfois des xuliens vendent ses produits sur le marché ou l’aident a remballer son stand en fin de marché en échange de légumes invendus. Bref, ces patates étaient déjà en lien avec XUL avant même d’être transformées en œuvre d’art.

 

Les clous ont été récupérés à l’aimant en bord de Loire après le décollage de la fusée de XUL. Pour s’envoler la fusée a du passer par une transformation chimique de l’état solide à celui de gaz, par combustion plus ou moins contrôlée. Les clous ne sont pas partis dans les hautes sphères et sont restés au sol. Par amour de la nature et pour conserver l’intégrité morale des éléments physique qui donnent a XUL une forme visible, ces clous ont été placés dans une urne sacrée.

L’œuvre que Pataclou introduit est une barricade mobiles constituée de différents éléments provenant d’expositions précédentes abandonnés par leur créateurs. Une plaque de bois de l’expo de 2008 d’Olivier Morvan, des couverts d’une expo des Ferailleurs etc… Il s’agit donc de recyclage d’œuvres d’art et de révolution. Pour le recyclage, on connait l’histoire des clous et des patates, en revanche la partie révolutionnaire ne saute pas aux yeux si vite.

Pourtant il suffit de percer les patates de plusieurs clous en les enfonçant à fond pour que la pointe ressorte de l’autre coté de la patate. En répétant l’action plusieurs fois  et de façon aléatoire, on obtient un objet au poids idéal pour le lancer de rue ou de champ et aux conséquences potentiellement efficace lors de atterrissage.

Le recyclage-réutilisation étant sans fin, et les patates des tubercules extrêmement résistants, j’ai transporté Pataclou dans le Périgord sur les terres d’une des bases arrière de XUL. Même transpercées de clous, les patates restent vivantes et la magie aidant, il suffit de les enterrer pour quelles se multiplient. La vidéo suivante montre le résultat de la récolte malgré la sécheresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *