l’affaire de l’escalier

Les « Semaines de mars », organisées par l’IAV d’Orléans nous ont permit de faire connaissance avec Francisco Carreri du groupe d’anarchitecte romain Stalker. Le thème du workshop proposé était l’auto-construction, les voies de circulation à existence spontanée. La vie dans les marges, le hors-cadre, hors-plans, hors urbanisme, la sortie du Programme.

Remi Caille, deux  collègues des beaux Arts de Toulouse et moi avons créé un pont absurde pour répondre à l’absurdité des moyens employés pour empêcher la libre circulation des habitants d’un lotissement de Saint Cyr en Val vers La Source.

Ce chemin auto-construit par le passage répété des lycéens lie un lieu de sommeil (lotissement) à un lieu de vie (commerce, lycée, équipement sportifs). Le chemin traverse illégalement la propriété du CNRS. La pose d’un grillage n’a pas suffit et c’est au tractopelle que le Centre Nationale de Recherche Scientifique protégea sa belle propriété privée. Biensur, le chemin se retourna simplement de la vingtaine de mètres que mesure la tranchée.

Pour éviter aux citoyens cet affront, nous leur avons offert un pont ou plutot, un escalier. Il descent puis remonte sur la rive opposée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.