La mare aux canards

Une installation ludique et mignonne dans le cadre du festival Eniarof, lui même intégré au festival Kontact Sonore.

Une œuvre interactive à différents niveau.
D’abord, un « stand origami » présenté dans une ambiance champêtre. Les visiteurs sont invités a se mettre a l’aise, et a consulter le « centre ressource de l’origami » pendu a la table pliante. Des feuilles de pliage sont mises à disposition ainsi que quelques yeux autocollants gentillement offert par le fabriquant de « papier spécial origami ».
Une fois le pliage réalisé, il suffit de le trouyauter à l’aide de la trouyauteuse gracieusement prêtée par le pôle administration de « Travers de Sons ».
A ce pliage plié et troué, il ne reste qu’à passer une boucle pour la suite de l’aventure.

La seconde étape tout aussi interactive peut alors commencer. Le visiteur est invité à sortir de table et à se munir d’une canne à pèche de noisetier équipé dune ligne en laine et d’un hameçon en plastique. l’hameçon saisit alors la boucle précédemment créée et permet au pêcheur de déposer son œuvre dans l’œuvre présentée…en l’occurrence une piscine gonflable (gracieusement prêtée par la famille Fleureau privant ainsi ses propres enfants des joies des baignades d’avril)

Grâce à la technologie et au génie créatif et programmateur d’olivier Baudu, La troisième étape tout aussi interactive entre en jeu. Cette piscine gonflable posée sur un saladier, posé sur un tourne disque, posé sur ne enceinte est en fait un séquenceur cocotte grâce à la webcam qui la surplombe et à l’ordinateur qui travaille avec elle:
A chaque fois qu’une cocotte a exécuté une révolution complète, elle déclenche un son.
ici, 12 cris d’animaux synthétiques enregistrés à partir de jeux pour enfants sont disponibles. Selon l’emplacement des cocottes sur le rayon du fond de piscine le son est différents, selon la disposition des cocottes entre elles, la rythmique sera différente.

La musique répétitive créée peut ainsi être modifiée en déplaçant, ajoutant, enlevant des cocottes. Mais pour que cette « reac-table » soit ludique, il faut bien sur saisir les cocottes avec la canne a pèche.

Grâce a l’ambiance de pic-nic à la campagne imposée par la charrette à ordi, le parasol-lampe d’éclairage studio, la piscine-séquenceur, la table de camping-pliage, le gazon issu de l’industrie pétrochimique et l’arrosoir-enrouleur de câble, cette œuvre qui aurait pu être agaçante car ces satanées cocottes sont vraiment difficiles à pécher et cette techno animal est vraiment hard-core devient au final un sanctuaire paisible ou il fait bon siroter un verre d’alcool frelaté entre amis.

Cette installation aurait été beaucoup moins interactive  sans les patch pure data développés en open source par Olivier Baudu et la résidence aux Open Ateliers du Labomedia.Les photos sont de Pierre Acobas et Ivan Mathie et les videos sont de Anna Chocola et de la Corporation pppc.

1 commentaire sur “La mare aux canards

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *